Actualités


Retour sur les dernières sorties/visites

nnn
Avril  2020

Infos

Fermeture des équipements municipaux publics de Clamart – La Maison des Associations est fermée à compter du lundi 16 mars. Par conséquent nos activités utilisant ce bâtiment sont suspendues. Voir le courrier transmis par le Maire aux Présidents des Associations.

 

L’épidémie de Coronavirus bouscule nos modes de vie à tous. Dans ces moments difficiles, pour chacun d’entre-nous, restons confiants.
L’ensemble du Conseil d’Administration pense à tous ses adhérents. Mettons à profit cette situation et tout en respectant toutes les consignes, réfléchissons ensemble sur l’après confinement.
Comment nous organiserons-nous ? Quelle façon de procéder pourrons-nous mettre en place pour que très prochainement, espérons-le, nous nous retrouvions avec sérénité et grand plaisir.
Espérons que ce demain soit très proche ………Soyons solidaires

Vos suggestions et réflexions sont les bienvenues à l’adresse : clamartaccueil@clamartaccueil.org
Restez bien sérieusement chez vous. Amitiés à vous.


Pour être informé des sorties/visites programmées dans le journal et annulées depuis le 16 mars 2020 cliquez ICI

Le journal du deuxième trimestre n° 32 est disponible ICI

 

  ——————————————————————————————————-

hotel gaillardL’Hôtel Gaillard

Émile Gaillard, qui était un riche banquier, décida de faire construire un hôtel particulier car sa collection d’objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance était devenue trop importante pour son appartement parisien.
Il demanda, en 1878, à Jules Février de lui construire ce bâtiment néo-Renaissance, inspiré du château de Blois. Les travaux s’achevèrent en 1884.
En 1885, M. et Mme Gaillard donnèrent un bal costumé, réunissant  2000 invités dans leur salon de réception pour inaugurer leur hôtel et célébrer l’anniversaire de leur fille. Émile Gaillard reçut ses invités, vêtu d’un costume de l’époque d’Henri II.
Ce grand salon, surmonté d’un promenoir et d’un balcon où se tenaient les musiciens, possède une grande cheminée bourguignonne en calcaire blanc, inspirée des gisants du duc de Bourgogne. Les trois personnages centraux datent du 15ème siècle. Trois portes sont d’authentiques antiquités rachetées par le banquier.
L’escalier d’honneur monumental conduit à un demi-étage dont le sol, avec d’une part, des lys et d’autre part, des hermines, est exactement le même que celui de la chapelle où Anne de Bretagne s’est mariée au château de Blois puisqu’il a été réalisé par le faïencier qui a restauré celui du château.
Sculptées en bois de noyer, les boiseries gothiques de la salle à manger couvrent les murs sur trois mètres de haut et proviennent du château d’Issogne en Italie. Au-dessus, la décoration fait aussi référence à Anne de Bretagne.
Dans son bureau de style néo-renaissance, le banquier accueillait ses relations d’affaires. Il participa au financement des chemins de fer des frères Pereire, géra les biens du comte de Chambord et s’occupa des droits d’auteur de Victor Hugo.
Un portail en pierre sculptée du 16ème siècle donne accès à l’escalier à vis en pierre, appelé l’escalier du puits. Il doit son nom au trépied en ferronnerie qui orne le sommet du tronc central, auquel était suspendu, au 19ème siècle, une lanterne que l’on pouvait descendre à l’aide d’une poulie mécanique comme un seau dans un puits. Une chimère, représentant Émile Gaillard, est sculptée au pied de l’escalier. emile gallard1
Dans l’hôtel, des portes, des cheminées et leurs plaques, des boiseries du 15ème ou 16ème siècle se mêlent à des éléments du 19ème siècle dans une parfaite harmonie.
Après le décès du financier en 1902, ses collections furent dispersées, puis en 1919, l’hôtel fut acheté par la Banque de France pour en faire une succursale. Elle acquiert aussi les deux hôtels contigus, construits à la demande d’Émile Gaillard en 1878 et loués par lui-même pour financer l’hôtel Gaillard. L’ensemble forme un U.

A partir de 1920, un nouveau bâtiment, abritant le hall du public, la salle des coffres et des locaux administratifs, fut alors construit dans la cour commune aux trois hôtels. Le chantier fut confié à l’architecte, Alphonse Defrasse, qui ne dénatura pas l’hôtel, malgré les travaux d’aménagement. La décoration fut confiée à Jean-Henri Jansen.
Le hall du public est une vaste structure en béton armé, surmontée d’une voûte en bois, dans laquelle s’insèrent des verrières. Les petits boxes en bois permettent de s’entretenir avec les employés des différents guichets qui datent de 1920 avec des rajouts en 1950.
En-dessous se trouve la salle des coffres, de forme carrée en béton armé, à 2,50 m sous le niveau de la rue. Tout autour, un fossé, large de 1,20 m et profond de 4,50 m, a été creusé et autrefois, rempli d’eau. La salle est protégée par un pont mobile et de lourdes portes blindées. La nuit, un gardien, dans une nacelle, installée sur un monorail, faisait le tour de la salle. Actionnée à la main ou électriquement, elle était capable de monter et de descendre pour atteindre le plafond ou le fond du fossé. Ce système est unique en Europe.
A l’intérieur de la salle des coffres, des guichets et des isoloirs sont installés au centre pour les déposants. Sur deux étages sont disposées 112 armoires qui contenaient 3874 coffres de tailles différentes.
Les pièces historiques, au décor remarquable, sont conservées, à l’exception de la galerie de tableaux qui donnait sur la rue de Thann.
La chambre à coucher d’Émile Gaillard devint le bureau du directeur de la succursale et un cabinet de toilette fut aménagé dans la pièce suivante, pour son usage privé.
Le bureau, aujourd’hui réaménagé avec du mobilier ancien de la Banque de France, a gardé l’ambiance « Renaissance » avec sa cheminée, composée d’un assemblage d’éléments des 15ème et 16ème siècles. Sur la plaque de 1562 qui la décore, se trouve illustrée la parabole du festin du mauvais riche, dite aussi parabole de Lazare. Dans le cabinet de toilette se trouve un coffre-fort de 1920 où le directeur déposait les documents les plus confidentiels.
Le bureau du contrôleur fut installé dans la chambre de Madame Gaillard dont la cheminée, avec des colonnes gréco-romaines, est inspirée de « L’École de Fontainebleau » du 16ème siècle.
La succursale ferma en 2006 mais la Banque de France annonça, en mai 2011, la création d’une Cité de l’Économie. Celle-ci  est ouverte au public depuis le 14 juin 2019.

salle à manger
salle à manger

salle des coffres
salle des coffres

salon de reception
salon de réception

flechehaut