Actualités

Retour sur les dernières sorties/visites


Mars  2019

Infos

Le n°29 du journal est disponible ICI

Vendredi 15 mars sortie n° 19 le temple du Marais annulée pour motif se sécurité sur le site

Concert : samedi 30 Mars à 20 h 30 en l’Eglise Sainte Bathilde de Châtenay-Malabry.
La Chorale « Les Brières » & l’Ensemble Instrumental « Gruppetto » vous propose « Milles choeurs pour un regard » au profit de l’association Retina. Plus de détails en cliquant ICI

Concert : dimanche 7 avril à 15 h en l’église Saint-Pierre Saint-Paul de Clamart
Concert de la chorale  A  J  C   au profit de la fondation Raoul Follereau qui lutte contre la lèpre et l’exclusion : voir affiche 

Concert : dimanche 7 avril à 16 h en l’église Notre-Dame du Clavaire 2 rue de la paix à Châtillon
La chorale « A tout chœur » de Clamart vous invite au concert au profit de RETINA dans le cadre de « mille chœurs pour un regard ».
4 chorales se produiront : Enfants de l’école des Rochers, Ensemble vocal Clam’œur, Ritournelle de Longpont et chorale « A tout chœur ». Libre participation à la recherche pour les maladies génétiques des yeux

Dimanche 14 avril 2019 l’Antonienne rando pour tous voir programme ICI

  ——————————————————————————————————-

Le métro parisien

DSCN9484Visite guidée par des guides de l’association ADEMAS. Cette association propose depuis 2007 des balades à pied dans le métro. Elle a aussi pour but la mise en valeur du patrimoine du métro
Durant le circuit, les visiteurs bénéficient d’un panorama général sur le métro : depuis les projets aux premières lignes, les méthodes de construction des ouvrages (tunnels, viaducs, traversées de la Seine), l’évolution des aménagements (des accès Guimard aux réalisations contemporaines, les styles décoratifs des stations) et le matériel roulant. Quelques sites méconnus ou peu visibles sont visités ou montrés depuis les stations ou les trains.
Année 1900 : ouverture du métro à Paris. Chez nos voisins Anglais le métro existe depuis 1863.
Pourquoi a-t-on attendu temps de temps ? En France, on discute, on se crée des problèmes. Qui va le construire ? Deux entités sont intéressées. La ville de Paris veut un métro que pour les parisiens et l’État défend l’idée d’un prolongement dans Paris des grandes lignes de chemin de fer déjà existantes.

Ce métro va passer où ?
• Dans les airs, oui mais cela fera de la fumée et du bruit et ce ne sera pas beau,
• En sous-sol, oui mais c’est le monde des morts, des rats. Il va fonctionner avec quel combustible ?
A Londres ça marche à la vapeur. Les questions sont nombreuses mais reste qu’aucune décision n’est prise.

En 1880, l’ingénieur Siemens décide d’installer l’électricité dans les transports à Berlin. C’est à ce moment qu’en France on arrête de discuter, on accélère le mouvement car en 1900 le pays accueille l’exposition universelle : l’enjeu devient donc international. Il est indispensable qu’un métro voit le jour pour ce grand événement.

Retour en 1895, l’état autorise la ville de Paris à faire son métro jusqu’aux portes de la capitale en partant du centre avec des stations rapprochées. Le chantier débute en 1898 et prend du retard car une grève des ouvriers de surface survient – ces derniers veulent être mieux payés. La compagnie du métro parisien, CMP, dirigée par la famille Empain attend la fin de la grève et finalement la première ligne Porte Maillot – Porte de Vincennes ouvre le 19 juillet 1900. Environ 2000 ouvriers ont travaillé pour construire ce premier métro.
Avec la ligne Étoile Victor Hugo – Porte Dauphine l’amorce du grand réseau parisien actuel est lancée. À partir des années 30 l’extension et la création de nouvelles lignes ne cessent de se produire.

A la gare des Invalides en 1900 le trafic s’intensifie d’abord vers la banlieue, puis vers les grandes lignes de 1907 jusqu’en 1935 ; cette gare dessert les grandes lignes vers Brest, Grandville St Malo.

Les méthodes de construction : à Invalides la station voutée est en tranchée couverte. Parfois, exemple à Concorde ne pouvant créer un tunnel profond faute de terrain, le recouvrement de la station est fait avec des pavés (le bruit extérieur de surface s’entend).

Décoration dans les stations :
La direction géographique est inscrite sur le tympan du tunnel. Une pendule se trouve sur le quai. À l’origine le nom des stations n’est pas en faïence, ce matériau apparaît dans les années 20. Le carrelage à 5 facettes biseautées donne des reflets ce qui amplifie la lumière par un effet diamant. Des frises à vagues courent le long des couloirs. Les accès Guimard (choix du banquier Adrien Bénard qui dirige la CMP) reproduisent l’art de style décoratif à la mode à cette époque. L’art entre dans le métro à la station Louvre en 1967 et la culture en 1989 à la station Concorde avec la déclaration de l’homme et du citoyen – la ponctuation s’affiche à la base du texte.

Autres informations
Les travaux dans le métro sont exécutés la nuit. Le garage central se trouve Porte de la Villette. Toutes les lignes du métro sont connectées entre elles. On compte 300 stations dont 4 de fermées (Saint-Martin – Croix-Rouge – Arsenal – Champ-de-Mars). Il n’existe pas de stations fantômes mais des stations fermées ou jamais ouvertes.

À la Porte des Lilas aboutissent trois stations provenant de la ligne 11, ligne 3 bis et une autre qui sert aujourd’hui pour le tournage de films.
La station Gare du Nord fermée en 42 n’a pas pu être prolongée car le terminus se présente en forme de raquette de tennis, on a donc changé l’utilisation de la station elle sert de métro école – à présent on apprend sur un simulateur.

Le garage du matériel se trouve en général en bout de ligne avec des ateliers. On dénombre 600 trains – chaque voiture fait 75 m par défaut parfois 90 sur la ligne14 le quai fait 120 m. Exemple d’intensité de la fréquence des rames de métro : sur la ligne 1 il peut y avoir 52 ou 54 trains qui circulent en même temps.

Cas particuliers des stations de métro
• AXO créée mais jamais ouverte, le quai existe mais pas l’accès extérieur.
• Porte Molitor au niveau du Parc des Princes imaginée pour desservir le stade Jean Bouin.
Ces 2 stations avec quai servent à présent à garer des trains.
• Dernier cas la station de métro Invalides lignes 1 et 13. Une 3ème station a été amorcée pour une nouvelle ligne il y a un quai et du carrelage mais est en cul de sac. Elle servira peut être un jour…
Des travaux sont réalisés pour le prolongement de la ligne 10 à Austerlitz mais la guerre arrive. Il y avait une amorce pour aller sous la seine vers la Gare de Lyon – ce prolongement ne sera jamais fait.

De l’extérieur, on peut voir l’entrée de la station Saint Martin « station fantôme » fermée depuis 1939 – ouverture en 1931 et fermeture en 1939.
En 1963 la ligne 1 fonctionne sur pneu ce sera l’année 1965 pour la ligne 4. De plus en plus l’automatisme de conduite est pratiqué, l’objectif étant d’arriver à l’automatisation intégrale.

Matériel utilisé Alstom et ou Bombardier.

Effectif de la RATP 48 000 agents.

—————————————————————————————

La concurrence à l’époque de la construction
Dans les années 1910, la concurrence est déjà présente. En effet, la ville de Paris accorde à l’ingénieur Monsieur Berni de construite « sa » ligne mais sans aide de la ville. Il a à sa charge 2 lignes. La ligne 12 actuelle et un bout de la ligne 13 entre Saint-Lazare et Porte de Clichy – Porte de Saint Ouen à l’époque (ce sera la ligne B Nord/Sud). Il souhaite une ligne de métro plus belle faisant 5 m de large avec le monogramme de la compagnie N/S entrelacé sur le coin gauche de l’encadrement publicitaire qu’il crée (4 m sur 3). Subtilité dans le choix des couleurs pour les encadrements : miel dans les stations sans correspondance et vert pour les stations avec correspondance. Les trains en métal sont bleu roi pour les wagons 2ème classe et jaune pour la 1ère classe. Des lustres sont installés à l’intérieur des trains. Ces aménagements seront gardés et rénovés dans ce style d’origine depuis la seconde guerre mondiale.


DSCN9491


DSCN9486


DSCN9490

flechehaut