Actualités


Retour sur les dernières sorties/visites

nnn
Juillet  2020
 vacances été    Infos

Rentrée de septembre 2020 : à ce jour nous ne connaissons pas les conditions de reprise des activités de l’association.
D’ores et déjà sachez que deux activités ne vont pas être reconduites pour la saison 2020/2021. Il s’agit de l’initiation au bridge du lundi soir et de l’atelier débat philo mensuel du vendredi soir.


Forum des associations : il se tiendra le samedi 5 septembre au stade Hunebelle.  Nous nous retrouverons comme les années précédentes.

  ——————————————————————————————————-


L’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine

00L‘Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine fut construit sous le règne de Louis XV, le plus Versaillais des rois de France car il fut le seul roi à naître et mourir au château de Versailles.
L’hôtel, contigu à celui de la Guerre, fut édifié par Jean-Baptiste Berthier en 1762 car le roi avait demandé en 1760, le déménagement des ministères de Paris à Versailles. Ce sont les premiers bâtiments administratifs, avec une architecture fonctionnelle, conçus spécialement pour abriter des bureaux et des archives. L’ingénieur-géographe, Berthier, utilisa des matériaux incombustibles. Tous les plafonds ont été faits en voûtes plates, constituées de fer et de brique. Le sol est couvert de tommettes en terre cuite.
Au premier étage se trouve la galerie d’honneur, composée de sept pièces en enfilade où furent installées les archives diplomatiques, conservées dans de grandes armoires grillagées. Le duc de Choiseul, ministre des Affaires étrangères, en avait choisi la décoration et l’ordonnancement pour donner une image de prestige de la France.
Au-dessus des portes des salles, une peinture illustre les capitales de l’Europe.
Des grands panneaux, peints par Jean-Jacques Bachelier, évoquent les grands moments de la politique de Louis XV.
Le portrait d’Étienne-François de Choiseul-Stainville trône, ainsi que celui de Monsieur de Belle-Isle, ministre de la Guerre, dans la salle des Puissances d’Italie. Au 18ème siècle, l’Italie n’est pas un pays mais un ensemble d’États. Le traité de Gênes, signé en 1768, dans cette galerie, décida du rattachement de la Corse à la France. En 1769 naissait Napoléon qui apprit le français en Bourgogne à 9 ans.
Pierre Jeannin, Richelieu, Mazarin, Colbert, Simon Arnauld de Pomponne, secrétaires d’Etat aux Affaires étrangères, sont représentés en médaillon.
Entre deux fenêtres, la peinture, « Les Alliances de la France », figure le renversement des alliances de 1756. Louis XV rompit l’alliance avec la Prusse pour s’allier avec l’Autriche, en mettant fin à deux siècles de conflit avec les Habsbourg.
Dans la salle des Puissances d’Allemagne, sur le sol, une mosaïque de Carthage a été rapportée par Edme François Jomard, ingénieur-géographe et archéologue. Elle représente quelques poissons et un poulpe, accompagnés d’une figure de dieu marin ou d’Océan.
Un panneau, intitulé « Pacte de Famille », rappelle le traité signé en 1761 entre Louis XV, Charles III, roi d’Espagne, et le duc de Parme pour s’unir contre l’Angleterre qui menaçait les colonies. Tous les signataires appartenaient à la Maison de Bourbon. Le drapeau espagnol actuel date du règne de Charles III.
Au-dessus de la cheminée, où est posée une pendule de 1783, une huile sur toile de belle taille, intitulée Louis XV, orne la salle de France. Elle est due à l’atelier de Louis-Michel Van Loo.
Louis XV obtint la Lorraine qu’il confia à son beau-père, Stanislas Leszczynski, qui avait été roi de Pologne. A sa mort en 1766, il l’annexa. A Nancy, le centre de la place est occupé par une statue de Stanislas, en remplacement de la statue de Louis XV, enlevée sous la Révolution.
Un panneau peint, représentant les Indes Orientales, fait allusion aux colonies françaises.
Au cours de son règne, Louis XV perdit de nombreuses colonies et sa prépondérance aux Indes au profit de la domination coloniale britannique. Au traité de Paris en 1763, il céda, entre autres, le Canada à la Grande-Bretagne et la Louisiane à l’Espagne. Cependant, la France conserva les Mascareignes, encore peu développées, et les îles antillaises (Saint-Domingue, la Guadeloupe et la Martinique), premières exportatrices mondiales de sucre.
Louis XV, qui n’a vu la mer qu’une seule fois, au Havre à 39 ans, n’accordait pas un budget suffisant à la flotte par rapport à l’armée de Terre, contrairement à la Grande-Bretagne qui n’avait besoin que de la Marine, vu qu’elle était une île. En revanche, Louis XVI, surnommé « le navigateur immobile», augmenta constamment les crédits de la marine.
Pour limiter les importations, Louis XV favorisa la construction de la manufacture de Sèvres et celle d’Oberkampf à Jouy-en-Josas. Sous son règne, la première mine de kaolin vit le jour à Limoges.
Dans la salle des Puissances du Nord, « L’Europe savante », panneau peint par Jean-Jacques Bachelier, est une allégorie de la suprématie culturelle de la France. Au-dessus de la carte de France se trouve le buste de Louis XV. En arrière-plan trône Le Louvre qui était inoccupé. L’idée d’en faire un musée avait germé à cette époque. Au 18ème siècle, la Joconde était entreposée dans le bâtiment des Œuvres d’art à Versailles.
Le traité de l’Indépendance américaine fut rédigé en 1783 dans la salle des Puissances du Sud. Il fut signé entre les représentants des treize colonies américaines et les représentants britanniques. Il mit un terme à la guerre d’indépendance des États-Unis avec le soutien de la France. La Grande-Bretagne reconnut l’indépendance des États-Unis d’Amérique.
La maquette de bateau, « La Sirène », exposée dans la dernière salle, rappelle qu’au troisième étage, le ministère de la Marine conservait des cartes et des plans des colonies, des modèles d’artillerie et de ports, des maquettes de navires du 18ème siècle qui étaient fabriquées sur place,
À la Révolution, le ministère des Affaires étrangères fut transféré à Paris puis ce fut le tour, en 1837, du ministère de la Marine.
Les ouvrages, installés à la place des archives diplomatiques, proviennent des confiscations révolutionnaires ou de dons faits à Versailles et en Seine-et-Oise. Leur nombre s’élève à plus de 50 000 antérieurs au 19ème siècle.
L’hôtel, classé au titre des monuments historiques depuis le 27 septembre 1929, abrite aujourd’hui la bibliothèque municipale centrale de Versailles.

 

08
Les alliances de la France

10
Le Duc de Choiseul

13
L’Europe Savante

flechehaut