Actualités

Retour sur les dernières sorties/visites


Novembre 2019

Infos

Information correctrice du journal n°30 :

– La sortie n°81 : restaurant au lycée hôtelier « Guillaume Tirel » est confirmée mais attention elle est reportée au mercredi 11 décembre
————————————

Conférence : samedi 23 novembre à 15 h « Sauvetage de Notre-Dame par Viollet-le-Duc et renaissance des grands monuments emblématiques sinistrés » par Jean Szpyt, Ingénieur, en construction civile à l‘École Centrale de Paris et d’Architecture à l‘École des Beaux Arts.

————————————
C
oncert dimanche 8 décembre 2019 à 16 heures, par la chorale « À Tout Chœur de Clamart et le chœur Clam’oeur » au profit du Téléthon
Au vieux Théâtre de l’Espace St Jo – 54 rue du Moulin de Pierre à Clamart : voir affiche

LA COMÉDITHYRAMBIQUE : Panaché de comédies musicales

  ——————————————————————————————————-

Histoire de l’hôtel de Monaco aujourd’hui Ambassade de Pologne

Mademoiselle de Nantes, fille de Louis XIV et de la Marquise de Montespan épouse le Duc de Condé. Elle a pour amant le Comte de Lassay et se fait construire l’hôtel de Monaco. Ce dernier était l’hôtel de Matignon de l’époque.
Devenu bien national sous la Révolution il changera maintes fois de propriétaires et de nom.
Monsieur William Hope, hollandais, grand banquier du 19 ème siècle l’achète et le fait transformer presque entièrement  dans les années 1840. Doté d’un somptueux décor, qui nous est parvenu intact, c’est en ces lieux qu’en 1832 le jeune Chopin se produisit.
M Hope célibataire mais éternel amoureux joue énormément et finit ruiné le 21 janvier 1855. L’hôtel reste en état avant que  Monsieur Le Baron Ernest-Antoine Seillière (ancien Président du Medef) l’achète et le donne à sa fille Jeanne, qui épouse Boson de Talleyrand Périgord Prince de Sagan (petit neveu du grand Talleyrand). Mme Talleyrand a donné en ces lieux de nombreuses réceptions exceptionnelles (bals  tous costumés).
En 1935 après avoir eu encore un autre propriétaire après la mort de Talleyrand ce sera l’ambassadeur de Pologne qui occupera l’hôtel. La République de Pologne s’installe en 1936, et en fait le siège de son Ambassade, une des plus belles de Paris. La Pologne est propriétaire de ce beau bâtiment.

Le décor et les salles visitées
L’escalier a été repris par Charles Garnier célèbre architecte qui a créée l’Opéra qui porte son nom. La rampe et les balustres sont ornés de porte lumière en bronze patinées, de toute beauté.  Colonnes et chapiteaux au-dessus des corniches débouchent sur un plafond à caissons décoré de feuilles de chênes et de nombreux poutis. Les voussures des murs en marbre présentent des décors de fleurs. Aucun espace n’est laissé sans décor, jusqu’aux écoinçons chargés d’ornements.
Dans le salon central, se trouve  une très belle cheminée imitation Louis XV. Le parquet un des plus beaux de Paris est en marqueterie : bois noir, ébène, citronnier, palissandre, amarante…se marient merveilleusement.
La grande salle sert de lieu de réceptions, de banquets.
Dans la salle de musique, les lyres font partie du décor.

——————————————————————

Promenade-découverte du faubourg Saint-Germain

Avant de visiter l’Ambassade de Pologne, la conférencière nous a restitué une partie de l’histoire du quartier.
Avant la Révolution, 339 couvents occupent les grands jardins de la plaine de Bellechasse et de la  plaine de Grenelle. Dans le faubourg Saint-Germain on y chasse. Á cette époque on délaisse la rive droite pour venir rive gauche. La Révolution arrive, les hôtels ne sont  pas trop abimés et quand l’empire se manifeste Bonaparte comme après Napoléon quand il est empereur aura l’idée ingénieuse de placer tous ses ministres et tous ses maréchaux dans ces grands hôtels. Ces hôtels sont actuellement des Ambassades et des Ministères.
Au cours de notre déambulation dans le quartier, nous arrivons rue de Grenelle. Les terrains appartenaient à l’ordre religieux des récollets. Ils acceptent d’en donner une partie pour construire cette fameuse « fontaine des 4 saisons » décrite ci-après.  fontaine des 4 saisons

Les bas- reliefs représentent 4 saisons. La décoration date du 18ème siècle. Trois personnages dans le pavillon central,  signifient au centre la ville de Paris, à gauche l’homme représente le fleuve la Seine, à droite la femme représente l’affluent la Marne. Deux pavillons en arc de cercle elliptiques entourent ce pavillon central, des statues dans les niches sont l’œuvre du sculpteur Bouchardon. Les reliefs représentent des enfants.
Cette fontaine, demandée et créée par Turgot prévôt des marchands alimentée par la pompe du gros caillou  prenait l’eau dans la Seine et traversant une partie de la rue, est construite de 1735 à 1745. Elle fonctionne depuis 1750 et jusqu’en 1856. Ensuite on l’abandonne et c’est à partir de ce moment-là que sont créés les égouts de Paris.
La table noire au milieu de la fontaine est ornée par un groupe sculptural encadré par des colonnes et avec sur l’entablement une couronne de laurier.

Dans le quartier, tous les hôtels sont construits avec une façade donnant sur une cour et l’arrière sur des jardins.
Citons l’hôtel de la  famille d’Estrées qui le conservera jusqu’en 1810 et sera ensuite vendu à Mme de Tourzel dernière gouvernante des enfants de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Les héritiers vendront cet hôtel à la Russie et voici donc l’ambassade de Russie.

Le petit hôtel d’Estrées a été occupé par Pierre Daru. Ce dernier s’occupait de la maison de l’Empereur. Habiterons à cet endroit,  Nicolas II et son épouse lorsqu’ils viennent pour poser la première pierre du pont Alexandre III. Ils y recevront Félix Faure.

Autre hôtel : l’hôtel d’Avaray dont la devise apparaît sur le haut du porche « je maintiendrai » devise des Orange des Pays-Bas. Il appartient aux familles des Pays-Bas au 19ème siècle. Il est resté dans la famille jusqu’en 1880. Racheté par les Pays-Bas, il devient résidence de l’ambassadeur.

L’hôtel de Bauffremont superbe hôtel du 18ème. Son dernier propriétaires est mort en 2018 c’était Hubert de Givenchy collectionneur d’objets d’arts, de tableaux.

L’appartement de l’abbesse au 104 devient le temple de Pentemont en 1802. Auparavant jusqu’à la Révolution les jeunes filles de l’aristocratie étaient pensionnaires de ce lieu.

L’ancien ministère des anciens combattants est vendu par l’État, avant qu’il se réinstalle dans le quartier Balard. Des travaux colossaux sont entrepris par la fondation Yves Saint Laurent (10 000 m2) qui en fait son siège social avec show-room et expositions de collections.

L’hôtel de Rochechouart est occupé par le ministère de l’éducation nationale.

L’hôtel de Rothin : le marquis de Rothin Bourbon époque de François 1er  fait faillite car il achète toutes les parcelles autour. Au 18ème l’hôtel sera habité par Melle de Charolais une des filles de Louis XIV et de Mme de Montespan. Elle ne s’est jamais mariée mais a eu beaucoup d’amants, elle recevait les messieurs vêtue d’une bure de moine et était toute nue dessous. L’hôtel devient ministère des affaires étrangères et c’est là que Monsieur de Maeterlinck reçoit Napoléon III, Eugénie, Alexandre Dumas. Á présent les services du ministère du porte-parole l’occupent.

La Tour Chappe : ce dernier est mort au pied de la tour en se jetant dans un puits car atteint d’un cancer douloureux. Aujourd’hui, les bâtiments autour sont occupés par l’opérateur Orange après avoir été le siège du ministère des PTT.

La promenade nous mène à l’église Sainte-Clotilde, monumentale, commencée par Gau et terminée par l’architecte Ballu, de style néogothique. Elle fait 96 mètres de long sur 38 mètres de large, c’est une basilique mineure.

Mme de Montespan s’est retirée dans la  maison religieuse rue Saint-Dominique. On voit dans le médaillon central de la façade une croix de Lorraine. Aujourd’hui c’est l’hôtel de Brienne, ministère des armées.


S6300072


S6300061


xx
 S6300082
 

 


S6300034


S6300054


S6300057

flechehaut