Actualités

             Décembre  2021                    

Infos

Le dernier journal numéro 38 est publié. Découvrez le contenu des sorties et visites en cliquant ICI

Renouvellement des cotisations pour l’année 2022. Vous pourrez procéder à ce paiement dès le mois de décembre 2021.

Activité du cartonnage : elle est provisoirement suspendue à compter du 14  décembre 2021 et ce jusqu’à nouvel ordre

——————————————————————–

Vous trouverez ci-dessous les dernières informations, en date du 28 août 2021, transmises par le service de la vie associative de Clamart :

Le service de la vie associative vous informe des nouvelles dispositions gouvernementales et en vertu de la loi n°2021-1040 du 5 août 2021 et du décret n°2021-1059 du 7 août 2021, les personnes majeures participant à un évènement culturel, sportif, festif ou ludique organisé dans l’espace public et susceptible de donner lieu à un contrôle d’accès des personnes doivent obligatoirement présenter un passe sanitaire (art. 47-1 d. 7 août 2021).

Pour les mineurs, un délai supplémentaire a été accordé aux enfants de 12 à 17 ans, pour qui le passe sanitaire ne sera obligatoire qu’à partir du 30 septembre 2021.

L’obligation de présentation du passe sanitaire est en vigueur jusqu’au 15 novembre 2021, néanmoins cette disposition est susceptible d’être prolongée par une modification législative ou règlementaire ultérieure.

Il vous appartient donc, utilisateurs des locaux municipaux d’informer vos intervenants et adhérents, de contrôler la présentation du passe sanitaire au début de chaque cours ou activité.

Les gestes barrières restent les suivants pour la Ville de Clamart : Port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans dans les circulations au sein des équipements municipaux et désinfection des mains au gel hydro alcoolique à l’entrée et sortie du bâtiment, désinfection du matériel utilisé, respecter le sens de circulation mis en place pour éviter tout croisement.

Le protocole décrit ICI définit les règles à respecter dans le contexte sanitaire actuel.

  ———————————————————————————————-

La Tour aux figures de Jean Dubuffet

La Tour aux figures est une oeuvre atypique : la visite étonnante de l’intérieur comme dans un labyrinthe, que les visiteurs sont invités à ressentir : ses parois peintes de tracés noirs sur fond blanc se découvrent par fragments. Le visiteur marche sur le sol peint, gravit ou redescend quelques marches, sans jamais en voir la totalité. La tour n’est pas dotée de rampe. Cette œuvre emblématique de l’art contemporain vient d’être rénovée par le département des Hauts-de-Seine. Elle se trouve dans l’île Saint-Germain à Issy-les-Moulineaux. Elle est classée Monument historique. L’intérieur de la tour est accessible uniquement en visite guidée. C’est ce que le groupe de Clamart Accueil a fait début octobre 2020.

Origine de cette création : comment et où installer cette tour dans l’environnement.
En 1983 Jack Lang fait la commande d’une sculpture d’une tour de 24 m dans un jardin sur une colline. On imagine une installation à La Villette mais l’endroit n’est pas adapté donc on cherche ailleurs. Dans Paris aucun espace ne s’y prête – on élargit le périmètre à la proche banlieue. Le maire d’Issy-les-Moulineaux se positionne et dit aux autorités venez voir dans ma commune. Jean Dubuffet vient en janvier 1985. Le site retenu sera donc dans le parc de l’Île Saint-Germain de cette commune. L’artiste ne verra pas le chantier de construction. Il meurt en avril 1985, la tour sera construite entre 1986 et 1988.
Pour être ouverte au public une ingénierie de sécurité doit se mettre en place car à l’intérieur il n’y aucune ouverture et pas de rampes. Peu à peu l’état se désengage de la gestion de cette œuvre. La tour vieillit mal et se détériore suite à l’action du soleil et l’apparition de micros algues. Le département rachète la tour en 2005 et décide de la restaurer. Après de longs mois de travaux, on peut dès septembre 2020, à nouveau visiter cette sculpture. Hélas le contexte sanitaire lié à la pandémie de la Covid 19 et le deuxième confinement de 2020 ne permettra une réouverture qu’en mai de l’année suivante.

Les matériaux utilisés : la toiture est en béton, des poutres métalliques encerclent la structure, un film métallique léger rejoint chaque poutre et enfin du plâtre est projeté. On utilise de la résine époxy. 90 panneaux sont fabriqués dans les ateliers, amenés sur le site et jointurés sur place.
Pour présenter l’extérieur on parle du mouvement de « l’hourloupe ». Sa définition est : l’Hourloupe comprend des huiles sur toile, dessins, praticables, assemblages, sculptures, architectures, constructions, avec trois couleurs essentielles : rouge, bleu et blanc.
Quant à présenter l’intérieur on le définit par le “Gastrolove”, car il reprend les formes internes d’un organisme vivant et utilise que du noir et du blanc.

Á l’intérieur chacun peut se faire son histoire (dessins dans les nuages – profil humain – contour d’objets variés). Chaque palier est de plus en plus grand avec de plus en plus d’espace. Jean Dubuffet aimait à penser que l’on pouvait rester à l’intérieur de la tour pour méditer.
Lors de la restauration quelques modifications d’améliorations ont été conduites. Le toit d’origine en forme de cuvette a été fermé. Les avancées chimiques et techniques ont été utilisées pour ce qui est de la qualité de la peinture et de la résistance aux UV. Pour pouvoir renouveler l’air de l’intérieur une soufflerie a été installée et les lumières à l’origine en halogène ont été remplacées par des rampes de LED.

Á l’espace accueil des reportages sont proposés sur Jean Dubuffet, la création de la tour et la restauration et sur Richard Dhoedt plasticien d’origine qui a participé aussi à la restauration.
Les couleurs basiques utilisées par l’artiste : le blanc couleur de la feuille de papier – le noir la couleur du trait – le bleu et le rouge correspondent aux couleurs de stylos les plus utilisés à l’époque : couleurs primaires.

Dubuffet, sa formation et son inspiration : il fait des études en art mais constate que tous les styles ont déjà vu le jour. Donc, comment faire pour renouveler l’art et trouver une liberté de création. Il va vraiment pouvoir basculer dans sa création à la démobilisation en 1942 et devient artiste d’art brut. Son inspiration il la trouve chez « les enfants et les fous » car ces deux types de population se créent leur propre monde : faux art naïf « l’Hourloupe».




flechehaut